Catégories
Tribunes

Collapsologie, les choses de la vie

Paul Blume

Les passagers dorment. Dépassées la périphérie, la zone industrielle, l’insipide autoroute. La départementale serpente sous un soleil d’automne. La brume matinale se dissipe.

On accélère.

Il n’y a personne, le moteur conçu pour faire dix fois mieux ronronne de puissance.

On accélère.

Il ne peut y avoir d’obstacle. La douceur de l’imaginaire d’un monde infini, infiniment généreux, de l’invulnérabilité de la technologie, de la prodigalité de la nature ne laisse place à aucune ombre.

On accélère.

Que se taisent les oiseaux de mauvaise augure, les chantres de la prudence, les curés de la systémique. Rien ne nous est interdit.

On accélère.

Bien sûr, cela tangue un peu. A partir d’une certaine vitesse, on vole presque. On pense échapper aux contraintes de la physique mécanique. On quitte presque le sol en s’intégrant dans un ciel radieux.

On accélère.

On rêve. On rêvasse. On se rappelle que dans « Les choses de la vie » (réalisé par Claude Sautet en 1970), c’est Boby Lapointe qui conduisait la bétaillère. C’est dingue, c’est Boby Lapointe qui … « merde » la bétaillère ! L’obstacle !

Tout s’accélère.

Les neurones s’affolent, la tension monte, la concentration est à son paroxysme. L’imprévu. Ou ce que l’on n’a pas voulu prévoir…

L’obstacle, la bétaillère, le mur,… et ce sentiment que LE moment est venu. Adieu le soleil d’automne. Que restera-t-il de la puissante machine ? Comment s’en sortiront les passagers ? Que faire ?

Tout s’accélère.

Le ciel s’obscurcit, les orages pointent à l’horizon, les oiseaux se taisent, le futur ne sera plus ce qu’il était.

Tout s’accélère.

A l’évidence, il eu fallu freiner beaucoup plus tôt. Mais le pied est toujours sur l’accélérateur. Même extraordinairement rapides, les neurones ne peuvent « avoir eu » le bon réflexe. Le passé ne s’écrit pas.

Tout s’accélère.

En une fraction de seconde, l’analyse ! Vitesse, tenue de route, largeur disponible, où est le frein ?

Tout s’accélère.

Que restera-t-il de nos amours ? Des poèmes et chansons aimés ? Qui regardera les innombrables photos ? Angoisse.

Tout s’accélère.

On en est là.

A nous d’écrire la suite de l’histoire. Il nous faut choisir. Soit on accélère encore, soit on décélère le plus rapidement possible. Décélérer, freiner, piler, mais en aucun cas ré-accélérer.

Un choix binaire.

D’un côté, le suicide assumé. De toute façon on ne s’en sortira pas. Autant ne pas souffrir. Que s’enrichissent encore les plus riches. On verra ce qui restera.

De l’autre, la recherche d’un « sauve ce que l’on peut ». La compréhension du contexte.

A droite de la bétaillère, même à vitesse fortement réduite, aucune chance. Le mur de la ferme…

A gauche, le champ. Risques de tonneaux, si on arrive à éviter la bétaillère, qui, elle, avance de son pas d’obstacle inéluctable…

A l’échelle du temps de l’Anthropocène, l’étude des risques d’effondrement – ou collapsologie – ce sont ces milliardièmes de seconde qui font la différence.

La route est en partie luisante. Premières petites gelées au sol, ne pas bloquer les roues !

On en est là. Juste là. Rien ne sert de réécrire le passé. Les pensées philosophiques, économiques et politiques des années de folles croissances sont définitivement obsolètes.

Tout est à écrire ou réécrire. Y compris les éco-féminismes, éco-socialismes, éco-libéralismes, éco- quoi que ce soit.

L’obstacle est là. Partir à l’assaut du Palais d’hiver ne sert à rien. Formuler des propositions alléchantes dans un monde qui s’effondre, c’est accélérer «les choses de la vie ».

Même le volant ne répond plus comme prévu. La boîte de vitesse va-t-elle résister à si haut régime moteur ? Décélérer n’est pas facile avec le pied sur l’accélérateur…

Parmi les outils susceptibles d’aider : la compréhension du système, la surveillance continue des indices de risques, l’adaptation continue, la bienveillance, l’entraide.

Toute démarche qui n’intègre pas la priorité :
. à l’arrêt de la destruction de la biodiversité,
. à la réduction de la préemption des ressources,
. à la réduction du recours aux énergies fossiles,
. à la réduction des activités – de quelques ordres que ce soit – fortement émettrices de CO2,
accélère un processus mortifère.

Les adaptations de la conduite sont à inventer. Et à réinventer à chaque moment sur la route glissante des choses de la vie.

Il est plus que temps de s’y mettre.

Catégories
Avant juin 2020 Tribunes

Précédentes Tribunes

Voici les Tribunes publiées avant la mise en route du format « blog » :

Appel pour la sécurité hydrique de tous les habitants de la Terre
Une opinion d’Agathe Smyth, responsable plaidoyer pour Justice et Paix, et des membres de la coalition « eau » (*).
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20200322eau.php

Et si on traitait le réchauffement climatique comme le coronavirus ?
Anne Chevalier – 08 02 2020
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=202002annechevalier.php

Ce n’est qu’un au revoir, old friends
Cédric Chevalier – 05 02 2020
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=202002cedric.php

Collapse, décroissance, ressources, économie, climat :
lettre d’un anthropologue à sa famille
Miguel Rwubu – 09 01 2020
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=202001miguel.php

Comment faire face aux répressions violentes ?
L’expérience chilienne
Paul Blume – 02 01 2020
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=202001primeralinea.php

Climat : Faire le deuil d’un avenir radieux
Paul Blume – 22 11 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20191122.php

Extinction Rebellion participe à un combat mondial de vie ou de mort
Un citoyen anonyme, participant à Extinction Rebellion Belgium – 12 11 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20191112.php

Les mots des journalistes doivent refléter l’urgence climatique et environnementale
Cédric Chevalier – 27 06 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190627.php

Élections versus climat : enfin LE sursaut
Paul Blume – 11 05 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190511.php

Entre gauche caviar et croissance verte, l’indigence des programmes climatiques
Paul Blume – 28 04 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190428.php

Soyons des « Jaurès climatiques »
Paul Blume – 24 04 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190424.php

Climat : en incapacité de voter le 26 mai
Paul Blume – 11 04 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190411.php

« Allons enfants … du réchauffement ! »
Paul Blume – 29 03 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190329.php

Mais que se passe-t-il donc ?
Anne-Sophie Hubaux – 28 03 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190328.php

Pour qui roulent nos gouvernements ? La biosphère ou ses ennemis ?
Cédric Chevalier – 21 02 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190221.php

Fake news pédagogique
Climat : voteriez-vous pour « LE » ?
Petit exercice d’analyse de propositions politiques en matière climatique
Paul Blume – 15 02 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190215.php

Est-ce que rouler en voiture et prendre l’avion, c’est mal Papa ?
Cédric Chevalier – 08 02 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190208.php

Loi « climat » ?
Ne pas se tromper d’objectif !
Paul Blume – 05 02 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190205.php

Humanité versus Climat.
« Dépassé Bart ? »
Paul Blume – 01 02 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190201.php

Humanité versus Climat.
La lutte politique pour la définition des possibles humains.
Cédric Chevalier – 27 01 2019
http://www.cdeclin.be/tribune.php?xtrib=20190129.php