Catégories
Article

Le retour des Makers

Paul Blume – 01 11 2020

Lors de la première vague de cette épidémie au surnom de bière, des chaînes de fabrication en 3D de composants divers pour les hôpitaux sont venues illustrer la capacité citoyenne d’entraide et de solidarité. (https://cdeclin.eu/bravo-les-makers/https://www.rtbf.be/info/regions/detail_coronavirus-a-bruxelles-d-anciens-masques-de-pompiers-transformes-pour-le-personnel-soignant?id=10475436https://www.rtbf.be/tendance/techno/detail_restistancecovid-des-benevoles-s-associent-pour-realiser-des-protections-medicales-en-impression-3d?id=10467444 ).

Avec la deuxième vague, les réseaux se réactivent.

Il s’agit, ni plus ni moins, de remplir les bacs des services d’urgences de valves et autres embouts pour masques indispensables à l’utilisation, par exemple, du matériel d’oxygénation.

Débordés par les entrées trop nombreuses pour leurs unités, les hôpitaux doivent assurer les soins en tenant compte du manque de personnel, de la fatigue, du stress et aussi de la logistique.

Une nouvelle fois, des designers 3D rédigent des cahiers des charges et on demande aux Makers de réaliser les objets.

Cet apport complémentaire aux filières classiques n’est réalisable que grâce à une production répartie via des réseaux entre des propriétaires d’imprimantes 3D.

Le système est souple, réactif, généreux et fragile. Tout est proportionnel à la bonne volonté des contributeurs.

Mais – et cela montre où nous en sommes en terme de résilience sanitaire – cela sauve des vies en reculant le moment où il faut choisir qui accède ou pas à la dernière unité de soins fonctionnelle.

Adoucir les contraintes d’une médecine de guerre ou de catastrophe devient l’enjeu du moment. On peut craindre, à entendre les spécialistes, que la succession des vagues à venir rendent les questions éthiques centrales dans la recherche de plans de secours…

Les vociférations des anti-masques, anti-mesures, anti-vaccin, ne freinent heureusement pas celles et ceux qui cherchent quotidiennement à finir la journée le moins mal possible. Les Makers constituent un appoint révélateur de cette frange de la population qui comprend ce qui se passe et soutient le monde médical.


Une autre problématique très actuelle, la fracture numérique.

Les financements d’achats de pc neufs ou reconditionnés, les offres de machines inutilisées contribuent à doter les étudiants, ne possédant que peu de ressources propres, d’outils indispensables en période de non-présentiel.

Une réflexion est en cours pour monter des unités « pc » performantes à prix réduit. Bientôt une possibilité lowcost de plus ?

Vraiment top ce réseau !

Contact :

https://twitter.com/resistancecovid?lang=fr

Catégories
Article Recension

Bravo les Makers

Paul Blume

Peu de chance d’oublier l’année 2020. Confrontées à un virus récalcitrant à nos réponses sanitaires, nos sociétés craquent économiquement, politiquement, socialement. A voir les réseaux sociaux, on peut également se poser des questions côté santé mentale collective…

Heureusement, comme souvent en cas de crise majeure, des femmes et des hommes se mobilisent pour essayer de trouver des moyens d’entraides.

C’est le cas des « Makers » qui se sont coordonnés à la vitesse de l’éclair « internet » – partout dans le monde – pour fournir aux hôpitaux du matériel (respirateurs de fortune,…), des pièces et des masques en urgence, et cela très souvent gratuitement.
En Belgique, voir https://resistancecovid.com/.

A la base, un cocktail bien intéressant de licences libres (open sources), techniques d’impression 3D (en trois dimensions) et de mise en réseau de personnes de bonne volonté, pour la plupart passionnées de ces « bricolages » modernes.

Et voici qu’à côté de l’industrie 3D (high-tech) sollicitée par la commission européenne [1], des réseaux citoyens se mettent en projet rapidement, efficacement et avec une générosité bien sympathique.

Dans une vidéo intitulée « Comment les makers ont créé une usine géante en une semaine contre le covid », Monsieur Bidouille nous explique le parcours d’une de ces initiatives :

En lisant de nombreux témoignages de par le monde, on ne peut que s’émerveiller de cette résilience [2 … 10].

Et se pencher sur quelques constats :

  • Gérer des communs sans privilégier le profit est possible. Exemple : Si nous bénéficions aujourd’hui de gels hydro-alcooliques peu chers, c’est grâce au comportement non-vénal d’un médecin suisse.
  • Les chaînes de « makers » démontrent qu’il est réalisable de tirer les coûts du traitement de certaines urgences collectives vers le bas.
  • La solidarité existe. On trouve finalement relativement facilement de l’humanité parmi les « sapiens sapiens ».

Si l’avenir reste inquiétant à bien des égards, bienveillance et coopération sont essentielles pour les adaptations en cours au monde d’après.

Merci aux « Makers » d’avoir montré concrètement les « possibles ».

Retrouvez le projet COVID19 – EvoCyclone
respirateur artificiel permettant 10 à 30 cycles par minute de Saïd Deraoui & Thierry Morea
https://github.com/libre/Evocyclone#covid19—evocyclone

Références :
[1] : Covid-19 : la Commission européenne lance un appel aux acteurs de l’impression 3D
[2] : Coronavirus : ces ingénieurs ont créé un ventilateur médical open source et facile à fabriquer
[3] : Coronavirus: «Aidez-nous à aider!», lancent aux autorités les «makers», prêts à fabriquer des masques en impression 3D
[4] : Coronavirus : transformer un masque de plongée en masque respiratoire via l’impression 3D
[5] : Coronavirus : des chercheurs tunisiens conçoivent un respirateur open source à imprimer en 3D
[6] : Coronavirus : une start-up bruxelloise adapte sa production aux besoins des hôpitaux
[7] : Coronavirus : Anthony se mobilise et fabrique des masques pour les soignants en impression 3D
[8] : La Francophonie se mobilise : Covid-19 3D-print project – impressions 3D
[9] : Des jeunes fabriquent des respirateurs artificiels ‘Made in Togo’ pour faire face au Covid-19
[10] : Sénégal : Des respirateurs crées à partir d’imprimantes 3D